Pour recevoir nos informations, inscrivez-vous à notre newsletter

Actuellement chez votre libraire et votre Marchand de journaux




Artiste à la Une

Judit Reigl
Judit Reigl est née en 1923 en Hongrie. Elle suit ...

En savoir plus

Artiste à la Une

Pablo Picasso
Pablo Picasso est un peintre, dessinateur et sculpteur originaire de ...

En savoir plus

Artiste à la Une

Pierre Soulages
S’il n’est plus temps de présenter Pierre Soulages et son ...

En savoir plus

Artiste à la Une

Clément Cogitore
Vidéaste, cinéaste et maintenant dramaturge pour le Palais de Tokyo, ...

En savoir plus

Artiste à la Une

Marcos Carrasquer
Né d’une famille ayant fui le franquisme, Marcos Carrasquer livre ...

En savoir plus

Artiste à la Une

Henry Moore
Plus Henry Moore géométrise, plus les œuvres se font grandes, ...

En savoir plus

Artiste à la Une

Efstathiadis Petros
Lauréat du prix HSBC pour la photographie 2018, Petros Efstathiadis ...

En savoir plus

Exposition à la une

Exposition à la une

Exposition à la une

Soulages – Une rétrospective
15/06/2018 - 25/11/2018
(Martigny)

En savoir plus

Exposition à la une

Exposition à la une

Judit Reigl, Corps–Écritures
14/09/2018 - 13/10/2018
(Paris)

En savoir plus

Vidéo à la une

Visite d'atelier - Philippe Cognée
Artiste : Philippe Cognée
Réalisateur : Guillaume de Roquemaurel
Durée : 4,06 ...

En savoir plus

Vidéo à la une

La révélation du geste
Artiste : Najia Mehadji
Réalisateur : Guillaume de Roquemaurel
Lieu : ...

En savoir plus

Produit à la une

Offre Découverte 6 mois
Offre découverte : pour 6 mois d'abonnement, soit 3 numéros ...

En savoir plus

Produit à la une

Tel Aviv IC
De Philippe Cognée. 2013, linogravure originale sur vélin d’Arches 270 gr., ...

En savoir plus

Produit à la une

Sans titre
De Ayman Baalbaki. 2017,lithographie sur papier BFK Rives 270 gr ...

En savoir plus

Produit à la une

Franta - Au plus près / Close up
Franta - Au plus près / Close up Éditions Art Absolument ...

En savoir plus

Actualités à la une

Bourse Révélations Emerige 2018 – Appel à candidatures
Créée en 2014 par Laurent Dumas, président du groupe éponyme, ...

En savoir plus

Actualités à la une

« 3 dames abattent leur carte »
Rencontre, débat avec Carole Benzaken, Tania Mouraud et Mâkhi Xenakis ...

En savoir plus

Même pas peur ! Collection de la baronne Henri de Rothschild. Vanités d’hier et d’aujourd’hui

Même pas peur ! Collection de la baronne Henri de Rothschild. Vanités d’hier et d’aujourd’hui : Eros assis sur un crâne France, XVIIIe siècle ? Ivoire, bois noirci (socle) H. 9 ; l. 6,5 ; L. 5,5 cm Legs baronne Henri de Rothschild, 1926 Musée des Arts décoratifs, Paris © Felipe Ribon    Même pas peur ! Collection de la baronne Henri de Rothschild. Vanités d’hier et d’aujourd’hui : Miradori, dit il Genovesino (circa 1600/1610- circa 1654/1657) (d’après; anonyme) Putto endormi sur un crâne ou vanité Huile sur toile 38 x 47,5 cm Musée Lambinet, Versailles © RMN    Même pas peur ! Collection de la baronne Henri de Rothschild. Vanités d’hier et d’aujourd’hui : Annette Messager (née en 1943) Gants-tête 1999 Gants, crayons de couleur sur tissu l78 x 133 cm Collection A-M et M Robelin © André Morin, 2018 / ADAGP 2018   

29/06/2018 - 30/09/2018
Site de l'exposition
Fondation Bemberg
Hôtel d'Assézat
31000 Toulouse


Localisez

Éros chevauchant un crâne, des breloques ou chapelets en grains-têtes de mort, un squelette méditant, assis sur un tombeau, linceul à la taille, accoudé à un sablier… Autour d’une collection insolite de 180 pièces que la baronne Henri de Rothschild légua au Musée des Arts décoratifs, la Fondation Bemberg expose un ensemble de ces vanités si présentes dans l’art, de l’Antiquité à nos jours.

Omniprésentes. Jusqu’à des netsuké et okimono japonais, des crânes en pommeaux de canne, des boîtiers de montre, des tabatières, en or, ivoire ou bois précieux, peints ou brodés, tour à tour sardoniques, menaçants ou facétieux… La baronne les aurait collectées après la Première Guerre mondiale, jusqu’à sa mort en 1926. Certes, le goût des Rothschild pour les collections de luxe s’affirme dès le XIXe siècle mais le baron Henri, son époux, ignore les raisons de cette inclination macabre. Est-ce pour conjurer la mort côtoyée auprès des blessés de la Grande Guerre qu’elle soigna comme infirmière ? Ou pressentant son destin, emportée elle-même par la grande faucheuse à 52 ans ? Pour Philippe Cros, directeur de la Fondation, ce « sujet universel de méditation et non pas genre pictural » reflète toujours l’esprit d’une époque.


Extrait de l'article de Pascale Lismonde, publié dans le N°84 de la revue Art Absolument.
Parution le 13 juillet 2018