Pour recevoir nos informations, inscrivez-vous

Actuellement chez votre
Marchand de journaux

Maillol


Artiste à la Une

François Jeune
L’essentiel était là : produire une peinture dont l’avènement ne ...

En savoir plus

Artiste à la Une

Léonard De Vinci
C’est sans doute par l’addition de ses champs d’investigation que ...

En savoir plus

Artiste à la Une

Adrian Henri
Étudiant de Richard Hamilton aux débuts des années 1950, Adrian ...

En savoir plus

Artiste à la Une

Michael Ziegler
Si certains dessins résultent de ses propres expériences et souvenirs ...

En savoir plus

Artiste à la Une

Franz Hals
S’il commence par peindre un Banquet dans le parc (aujourd’hui ...

En savoir plus

Artiste à la Une

Vilhelm Hammershøi
Cet enfermement en un Nord intérieur, Hammershøi l’emprunte à la ...

En savoir plus

Artiste à la Une

Christian Sorg
"Adolescent, je possédais des moulages des Vénus de Brassempouy, Willendorf ...

En savoir plus

Artiste à la Une

Loïc Le Groumellec
"La question de la surface, c’est l’essentiel pour moi. Tout ...

En savoir plus

Artiste à la Une

Jacqueline de Jong
"J’aime à dire que je travaille sur des faits divers. ...

En savoir plus

Artiste à la Une

Makouvia Kokou Ferdinand
"Sculpteur, oui, mais artiste avant tout. Mon travail n’est pas ...

En savoir plus

Exposition à la une

Exposition à la une

Exposition à la une

Exposition à la une

Exposition à la une

C'est Beyrouth
28/03/2019 - 28/07/2019
(Paris)

En savoir plus

Exposition à la une

Michael Ziegler – Réminiscences
15/05/2019 - 15/06/2019
(Paris)

En savoir plus

Exposition à la une

Préhistoire, une énigme moderne
08/05/2019 - 16/11/2019
(Paris)

En savoir plus

Vidéo à la une

Visite d'atelier - Philippe Cognée
Artiste : Philippe Cognée
Réalisateur : Guillaume de Roquemaurel
Durée : 4,06 ...

En savoir plus

Vidéo à la une

La révélation du geste
Artiste : Najia Mehadji
Réalisateur : Guillaume de Roquemaurel
Lieu : ...

En savoir plus

Produit à la une

Offre Découverte 6 mois
Offre découverte : pour 6 mois d'abonnement, soit 3 numéros ...

En savoir plus

Produit à la une

Tel Aviv IC
De Philippe Cognée. 2013, linogravure originale sur vélin d’Arches 270 gr., ...

En savoir plus

Produit à la une

Sans titre
De Ayman Baalbaki. 2017,lithographie sur papier BFK Rives 270 gr ...

En savoir plus

Produit à la une

Franta - Au plus près / Close up
Franta - Au plus près / Close up Éditions Art Absolument ...

En savoir plus

Produit à la une

Mâkhi Xenakis - Louise, sauvez-moi !
En mars dernier, Mâkhi Xenakis venait témoigner à l’Espace Art ...

En savoir plus

Produit à la une

Mâkhi Xenakis - Iannis Xenakis, Un père bouleversant
Depuis plusieurs années, je ressens cette impression étrange et impérieuse ...

En savoir plus

Produit à la une

SÉRA : Concombres amers
Extrait du texte paru sur le site des Editions Marabout ...

En savoir plus

Produit à la une

Actualités à la une

Espace Art Absolument
Depuis son ouverture en septembre 2017 dans le 13e arrondissement ...

En savoir plus

Vann Nath et Séra, la mémoire cambodgienne entre deuil et espérance

Vann Nath et Séra, la mémoire cambodgienne entre deuil et espérance publié le 27/05/2019

Au moment où se poursuit le procès de quelques anciens dirigeants khmers rouges, le travail de mémoire sur le génocide cambodgien est plus que jamais crucial. Par ses ressources symboliques, l’art, tout comme la justice ou l’Histoire, joue un rôle éminent dans l’élaboration du trauma collectif et dans la reconstruction d’une mémoire respectueuse des victimes oubliées.

Vann Nath est décédé lundi 05 septembre.


Beaucoup plus que les autres grandes exterminations du XXe siècle, le génocide cambodgien a été l’objet d’un phénomène général d’effacement consécutif à un processus de déni, de mise à l’écart de l’Histoire, y compris au Cambodge où les nouvelles générations en ignorent souvent l’existence. C’est pourquoi un sentiment de perpétuel exil persiste chez les rescapés et leurs descendants, condamnés à vivre avec des fantômes et à ruiner leur sentiment de partager une histoire et un monde communs. La carence d’images de massacres, l’absence de preuves ou la rareté des souvenirs des témoins incitent à questionner la possibilité de la transmission des événements indicibles et à se demander en quoi l’image interroge le génocide. Comment, par les images – par définition toujours “pleines” – rendre sensible l’absence, la perte ? Comment ajuster ou inventer un regard qui ne soit ni trop proche ni trop lointain ? Face à la fiction mortifère de l’idéologie khmère rouge, l’art oppose un imaginaire et un artifice qui prennent en compte la défaillance intrinsèque (excès ou insuffisance) de tout rapport entre l’image et la réalité. La création n’a pas comme ambition de transformer le réel ou de résoudre l’énigme du passé effectif, mais elle est ce lieu privilégié où s’inscrit la perte d’une manière pensable et signifiante. C’est dans cette foi en la création comme acte de résistance contre l’oubli que des artistes se sont engagés pour faire “oeuvre de mémoire”, à l’instar de Vann Nath, l’un des survivants du centre de torture baptisé S211. Ses peintures vont être exposées pour la première fois en France aux côtés de celles de Séra, peintre franco-cambodgien qui a vécu un exil forcé depuis la prise de pouvoir des Khmers rouges. Bien qu’empreintes de sensibilités différentes, propres à l’Orient et à l’Occident, leurs oeuvres montrent que la transmission est possible entre deux générations : la première, qui a traversé le monde concentrationnaire, et la seconde, qui a hérité de cette béance. Cependant, l’élaboration du passé n’est pas la même. Chez l’aîné, la restitution des faits prédomine sur l’invention fictionnelle ; pour Vann Nath en effet, la nécessité est de rétablir une dignité humaine tant pour la communauté que pour lui-même2. Séra privilégie la fiction, même s’il se soucie de ne pas usurper le droit à la parole des témoins directs et de ne pas outrager la mémoire des événements. Évitant le piège de la compassion, l’un et l’autre inventent des modalités de regard nouvelles pour affronter l’indicible.

Extrait de l'article de SOKO PHAY-VAKALIS publié publié dans le numéro Hors Série " Cambodge, Mémoire de l'extrême ".

Légende : S 21, la machine de mort khmère rouge. 2002, photogramme.