Giorgio Morandi : la collection Magnani-Rocca / Italia Moderna

Giorgio Morandi : la collection Magnani-Rocca / Italia Moderna : Nature morte métaphysique, 1918 Mamiano di Traversetolo (Parme), Fondazione Magnani-Rocca ADAGP, Paris 2020 Crédit photographique : Ville de Grenoble / musée de Grenoble - J.-L. Lacroix    Giorgio Morandi : la collection Magnani-Rocca / Italia Moderna : Nature morte, 1942 Mamiano di Traversetolo (Parme), Fondazione Magnani-Rocca  © ADAGP, Paris 2020 Crédit photographique : Ville de Grenoble / musée de Grenoble - J.-L. Lacroix   


L'exposition


La Nature morte (à la carafe rouge) de Grenoble, patiemment pistée pendant deux ans par Guy Tosatto, le directeur du musée, a pu être acquise en 2015, pour la somme de 1,1 million d’euros (grâce à un soutien exceptionnel de son Club des Mécènes, à hauteur de 830 000 euros) – portant à six le petit nombre de toiles de Morandi conservées dans les collections françaises. C’est peut-être face à ce minuscule voile de Véronique, que Tosatto rapproche de l’austère et caravagesque Saint Jérôme pénitent de Georges de la Tour – qui flagelle avec une discipline rougie de sang son corps nu et décharné –, que l’on ressent le mieux ce que le poète Philippe Jaccottet, disparu en février dernier, nomme « la conscience aiguë de la détresse humaine, de la possible ruine de tout ».

Extrait de l'article d'Emmanuel Daydé publié dans le N°96 de la revue Art Absolument.

Quand


27/04/2021 - 04/07/2021

Les artistes


 Retour     |      Haut de page